accueil
 
sommaire Art

home
aller au texte complet 

suite :    
la Vénus de Lespugue

notez que le site Quatuor dispose de son propre nom de domaine : quatuor.org 

 présentation du site Quatuor : comprendre l'histoire de l'art
mais à quoi sert donc une poivrière     ?








une coupole sert à couvrir
un pilier sert à soutenir
une fenêtre sert à éclairer
une salière sert à distribuer le sel
on peut nommer ce qu'ils font, car ce qu'ils font a un sens
mais que fait une poivrière ?
en architecture on appelle 'poivrière' une petite tourelle à toit conique en encorbellement sur un mur. Cette formule fut très utilisée en France au XVème siècle



une poivrière s'accroche à un mur,
s'y suspend, se fait porter par lui.
Elle est complètement
dépendante du mur
une poivrière se dresse toute seule
dans le vide.
Elle s'affirme comme
indépendante du mur
elle fait donc l'indépendance dépendante

il n'existe pas de mot dans le langage parlé
qui permette ainsi de dire en même temps une chose et son contraire



les mots seraient insensés
s'ils n'avaient pas un sens,
s'ils disaient toujours aussi bien une chose que son exact contraire,
si "blanc" signifiait aussi bien "noir" que "blanc"



Pourtant  il nous importe de pouvoir dire "indépendance dépendante" car c'est l'essence de notre existence :
        --->  chacun de nous est une personne totalement indépendante
        --->  chacun de nous n'est qu'une parcelle de la société et dépend donc entièrement des autres

Parce que  nous ne pouvons employer l'expression "indépendance dépendante"
Et parce que  nous avons besoin de l'employer
Alors  nous employons la poivrière qui sait dire ce paradoxe vital avec des formes


l'art a précisément été inventé pour dire avec des formes les paradoxes de notre existence qui ne peuvent être dits avec des mots du langage parlé




Le langage des formes traite aisément des situations paradoxales où une chose est en même temps son propre contraire.
                                Ainsi :
les deux feuilles mauves sont parfaitement rassemblées dans une même couleur
et sont en même temps absolument écartées par les feuilles qui les séparent
 
                               Ainsi :
 la ligne noire est parfaitement continue dans son alignement
 
mais complètement coupée par son support
                              Ainsi :
on peut évoquer très simplement avec des formes et des couleurs
une situation complexe
à la fois rassemblée / écartée et continue / coupée






la clef qui permet de déchiffrer le langage des formes ?
c'est la notion d'évolution de la complexité

pour ce qui concerne l'art,
c'est l'évolution progressive de la complexité
de la société humaine
qu'il s'agit de comprendre,
car l'art garde trace
de cette évolution de la société

mais ce que nous apprend l'art sur l'évolution de la complexité
vaut pour n'importe quel phénomène physique qui se complexifie :
comment à partir d'une eau calme
se crée la complexité d'un tourbillon ?
ou comment d'une simple cellule qui se recopie

naît la complexité d'un organisme vivant autonome ?



Quel scientifique ne rêverait de se transporter dans une goutte d'eau
pour observer et noter de l'intérieur même de la masse d'eau
comment s'y forme un tourbillon ?



nous allons être ce scientifique heureux !

car non seulement l'humain a été de tous temps une parcelle individuelle immergée dans l'océan de sa société qui s'est complexifiée progressivement au fil des civilisations,
mais il nous a fait l'amabilité de chaque fois noter scrupuleusement par des graphiques précis
comment se transformait en lui la perception du rapport de lui-même à son groupe

Son carnet de bord expérimental, commencé il y a bien plus que 30 000 ans,
nous l'avons retrouvé :

c'est  l'histoire de l'art





Pour vous introduire de façon imagée à l'hypothèse développée dans ce site, il vous est proposé de commencer par une statuette de l'époque paléolithique : la Vénus de Lespugue.
Vous pourrez continuer avec les autres analyses regroupées dans le "prélude initiatique", accessibles depuis la Vénus, ou depuis le sommaire de la section "art" qui donne accès à quantité d'autres analyses accompagnées de croquis explicatifs, réparties sur toutes les périodes de l'histoire de l'art.
Le sommaire "architecture" reprend les mêmes analyses que la section art, mais permet un accès plus direct à chacune des analyses qui traitent d'architecture.
Une page d'accueil spécialisée, intitulée "une histoire de l'art" , regroupe les principaux textes théoriques et les principaux tableaux récapitulatifs, et donne également accès à toutes les analyses d'oeuvres regroupées par époque. La période préhistorique et la période médiévale de l'Occident sont pour le moment les plus systématiquement fournies en analyses.

La section "musique" traite plus spécialement la période du Moyen-Age et de la Renaissance.

La section "science" présente l'hypothèse que je formule concernant la complexité progressive des phénomènes naturels, basée sur un enchaînement de situations paradoxales, similaire à celle que je formule pour la société humaine à partir de l'analyse de l'histoire de l'art.

La section "mathématique" (or "mathematics" in English) propose une nouvelle conception de la notion de dimension, suggérant comment d'elles-mêmes 3 dimensions peuvent en faire naître une 4ème, 4ème qui les rendra irréversibles tout en lançant simultanément un nouveau cycle plus complexe de 3 nouvelles dimensions. Ce qui vaut par exemple pour les 3 dimensions de l'espace, scellées par la dimension du temps. Ce texte est la racine de toutes les réflexions que je propose dans ce site.

L'accueil général permet notamment de communiquer entre les diverses sections.



  this text in English
notez que le site Quatuor dispose de son propre nom de domaine : quatuor.org 
Tweet      
 
 accueil 
 
Art
 
 haut 
suite :      la Vénus de Lespugue   auteur 

hébergement et nom de domaine : neoDomaine